Le Lambahoany : un produit culturelle et emblématique de Madagascar

Le Lambahoany : un produit culturelle et emblématique de Madagascar

juillet 31, 2018 0 Par VoyageMadagascar

A la plage, sous le soleil brillant, des femmes vendent des bonbons coco, des beignets de crevettes ou même de petits colliers de coquillages tout en proposant aux voyageurs de se faire tresser la tête. Portant des « lambahoany » avec différents styles, le visage couvert de « tabaky » ou de « masonjoany » (masque de beauté malgache provenant des arbres de santal), ces femmes reflètent l’originale et la vraie beauté des malgaches.

Qu’est-ce que le Lambahoany ?

 Le Lambahoany est un panneau de tissu souvent en coton et très coloré, comportant des paysages malgaches où des adages. A l’origine, les tissus étaient fabriqués avec du raphia, des fibres de banane et de la soie sauvage. Mais avec l’arrivée des portugais à Madagascar, au XVI ème siècle, le coton a été introduit dans l’île.  Depuis, le lambahoany  a été fabriqué en coton et les couleurs, les motifs et la coupe ont été inspiré par les indiens et les indonésiens. Autrefois, la couleur variait selon la classe sociale. Les rouges étaient uniquement pour les nobles et les indigos pour les ordinaires.

Il y a deux types de  lambahoany  à Madagascar : le kisaly et salovana. Ce dernier est plus long, plus ample et nous devons l’enfilé par les pieds. La femme le noue sur sa poitrine.

Le kisaly signifie châle, c’est un tissu de même qualité que le salovana qui couvre la tête et les épaules. Le lamba est utilisé par les hommes et les femmes, surtout ceux des côtes de la Grande île. A propos des motifs, que ce soit l’adage ou les images, ils transmettent chacun des messages.

 

Le lamba et les traditions malgaches

Ce qu’il faut retenir, c’est que pour les malagasy, ce morceau de tissu est bien plus qu’un vêtement traditionnel. Il renferme tout une culture. Cette culture concerne les « fadin-tany » (ce qui est strictement interdit de faire dans un lieu) et les coutumes des peuples locaux. Il y a certains lieux sacrés dans l’île où il est interdit d’y mettre les pieds si on ne porte pas de lambahoany. Malheur à celui qui ne respecte pas cette coutume.

Dans certains villages, la population n’aime pas que les femmes portent des vêtements court. Les femmes portent alors le lambahoany de différentes manières. Ces tabous se respectent car ils se transmettent de génération en génération par les « lovan-tsofina » qui signifie tradition en malgache.

Il est donc important d’avoir avec soi un lamba car on ne connait pas toujours tous sur les « fady ».

A Madagascar, il est très facile d’en trouver, dans les friperies, en ville ou à la campagne et surtout sur les côtes océaniques. De plus, ce sera un excellent souvenir à rapporter de votre séjour à Madagascar.